Votre cave à vin digne des meilleurs châteaux

Les vins de la vallée du Rhône

Châteauneuf-du-Pape, Côte-rôtie, Saint-Joseph, Crozes-Hermitage ou encore Saint-Péray… Les vins rhodaniens se retrouvent sur toutes les bonnes tables du pays. Cultivées depuis des millénaires, les vignes de la vallée du Rhône ont une longue histoire à raconter. En voici un bref résumé, suivi d’un point sur les caractères des vins septentrionaux et méridionaux de la Vallée.

 

Petit résumé de la grande Histoire du vignoble rhodanien

Dès le Ve siècle avant JC, les Grecs plantes les premières vignes de la Vallée. Depuis le début de notre ère jusqu’à aujourd'hui, le vignoble rhodanien n’a cessé de se développer pour devenir l’un des plus importants du pays.

 

La culture des Romains

Deux millénaires nous séparent de la plus importante cave à vin et exploitation vinicole romaine recensée à ce jour. La Villa du Molard découverte à Donzère, au sud de Montélimar, domine 300 hectares de terres produisant chaque année environ 2 500 hectolitres de vin.

En remontant le Rhône, les Romains créent la ville et le vignoble de la vallée de Vienne qui deviendra un haut lieu du commerce. On y retrouve notamment des amphores servant au transport du breuvage alcoolisé. Le vignoble rhodanien acquiert déjà une renommée commerciale.

Après la chute de l’Empire romain, le vignoble septentrional continue à approvisionner la Capitale des Gaules. Le méridional survit lui aussi grâce à la forte demande des ports méditerranéens.

 

Châteauneuf-du-Pape : premiers marquages d’authenticité avant l’AOC

Les vignes de la vallée du Rhône ne sont pas abandonnées pour autant. Elles alimentent une demande de proximité. Celles des papes installés à Avignon au XIVe siècle donnent naissance à de nouveaux vignobles et aux premières ébauches d’une appellation d'origine contrôlée.

Le premier vignoble pontifical est créé au pied du mont Ventoux. Puis le pape Jean XXII fait construire la résidence de Châteauneuf-du-Pape. La petite récolte papale ne cesse de grandir jusqu’à acquérir la renommée que nous lui connaissons aujourd’hui. Dès le XVIIIe siècle, une réglementation encadre son authenticité avec les initiales « CDR », pour côtes-du-rhône.

 

Fondation des AOC dans les années 1930

Le CDR est en quelque sorte l'aïeul de l’AOC qui naîtra sur la même terre dans les années 1930. Le Baron Le Roy, alors propriétaire à Châteauneuf-du-Pape, contribue à la fondation de l'Appellation d'Origine Contrôlée (AOC). En 1936, l’appellation régionale Châteauneuf-du-Pape est l’une des toutes premières du pays.

Dans l’ensemble, les vins rhodaniens restent longtemps assimilés à des vins de comptoirs. Ils figurent aujourd’hui parmi les plus réputés du vignoble français. En termes de superficie et de production, il est le second vignoble d’AOC de l’Hexagone.

 

Vins de la vallée du Rhône : rouge, blanc ou rosé ?

Les vins de la vallée du Rhône sont essentiellement des vins rouges, voire rosés. Les blancs se font rares. Historiquement, la vallée a été majoritairement plantée en rouge. Depuis le sud de Lyon jusqu’à Avignon, le rouge représente plus de 80 % de la production.

Mais la génération des Milléniaux, amateurs de bulles et de fraicheur, tend à délaisser le rouge au profit des blancs et des effervescents. Un message bien reçu par l'interprofession de la vallée du Rhône, qui compte bien répondre à cette demande.

Les effervescents sont déjà bien représentés par les vins de Diois, dans la Drôme, qui enregistre une forte demande. Sur toute la vallée, des parcelles disponibles ont été identifiées comme propices à la production de vins blancs et devraient être progressivement plantées dans la région viticole.

Si les vins rhodaniens restent dominés par le rouge, le vignoble est naturellement amené à se diversifier davantage.

 

Le vignoble septentrional et le vignoble méridional

Les parties septentrionale et méridionale de la vallée du Rhône donnent des vins très singuliers.

 

Le vignoble septentrional de la vallée du Rhône

Ce vignoble regroupe ceux des Côtes-du-Rhône septentrional, au sud de Lyon, et ceux du Diois, dans la Drôme. La zone bénéficie d’un environnement globalement chaud et ensoleillé, avec plusieurs microclimats. Dans les vignobles du Diois, les étés sont particulièrement secs et les hivers rigoureux.

Parmi les AOC de ce vignoble, on retrouve : Côte-Rôtie, Condrieu, Château-Grillet, Saint-Joseph, Crozes-Hermitage, Hermitage, Cornas, Saint-Péray, Diois - Clairette de Die, Châtillon en Diois.

Les principaux cépages des vins des Côtes-du-Rhône septentrionales sont Syrah, Viognier, Roussanne et Marsanne. Pour les vins du Diois, ce sont essentiellement Clairette et Muscat. L’Appellation Châtillon-en-Diois repose sur les cépages Gamay, Chardonnay, Pinot noir et Aligoté.

 

Le vignoble méridional de la vallée du Rhône

Le vignoble méridional évolue dans un climat plus sec balayé par le Mistral. Aux abords du mont Ventoux et des Dentelles de Montmirail, il devient plus humide et plus nuancé.

Parmi les AOC de ce vignoble, figurent : Côtes-du-Rhône, Côtes-du-Vivarais, Coteaux du Tricastin, Grignan-les-Adhémar, Côtes-du-Rhône Villages, Lirac, Travel, Gigondas, Vacqueyras, Châteauneuf-du-Pape, Côtes du Ventoux, Côtes du Luberon.

Le soulèvement des Alpes et l'effondrement du couloir Rhodanien ont façonné des reliefs en coteaux, en plateaux et en terrasses. La complexité des terroirs méridionaux explique la grande variété des cépages et des caractères des assemblages. Les cépages principaux sont la Grenache pour les vins rouges et La Clairette et Bourboulenc pour les vins blancs.